montagne magique

force tellurique

frontière/frontera

main d'hommes

statue vivante

de toutes les couleurs…

descente à la cave

goûts du sud

liens du sang

pratique

 

contact

 
C'est un voisin qui le dit, l’olivier par ici est chez lui depuis plus de 10 000 ans. Et ce voisin-là sait de quoi il parle, du haut de ses 4 500 siècles, on le surnomme homo erectus ou plus familièrement – n’oubliez pas que c’est un voisin, il n’habite qu’à 15 km –, « l’homme de Tautavel ». Ses descendants du néolithique vécurent, eux aussi, dans les environs comme en témoignent les vestiges découverts, à Castelmaure, dans la grandiose combe de Laval, pas très loin d’ailleurs des ruines et du vignoble de la villa Imbreces, installée, elle, sur le site de l’actuel village d’Embres et surtout du castrum que les Romains établirent afin de protéger la frontière, l’antique fita, des invasions et des contrebandiers.
Castelmaure, frontière, frontera du Sud du temps où s’achevait ici le Royaume de France, c’est aussi ce que signifient les murs déchiquetés de la forteresse d’Aguilar toute proche – elle a depuis été promue « château cathare » – et les chicots de pierre de l’ancien château à l’abri duquel, s’établit vers 1070, le village de Castelmaure. Sur les sommets de la serre, subsistent également d’anciennes tours de guet ainsi que les traces d’un village juif poussé là par la reconquista.
Émouvante relique de ce choc des cultures, la chapelle pré-romane Saint-Félix dresse toujours son clocher-mur aux arcs mozarabes à l’aplomb des pierres tombales des Pompadours, anciens seigneurs des lieux, bien avant que les deux villages ne soient réunis sous le nom d’Embres & Castelmaure.